Aquarelle

  • Paysage  - Aquarelle - 32 x 41 >>> 1997
  • Michel - Aquarelle - 24 x 32 >>> 2002
  • Coquille d'huître  - Aquarelle - 23 x 13 >>>  05-2003
  • Nu Atelier libre - Aquarelle - 30 x 41 >>> 2004
  • Nu Atelier libre - Aquarelle - 30 x 41 >>> 2003
  • Nu Atelier Libre - Aquarelle - 60 x 40 >>> 2004
  • Nu debout atelier libre - 30 x 41 >>> 2004
  • Forêt dans la brume - Aquarelle - 40 x 30 >>> 1996
  • Coquillages - Aquarelle - 32 x 24 >>> 17-03-2004

L’aquarelle séduit. Est-ce sa légèreté,  la douceur de son rendu, les thèmes souvent familiers qui y sont abordés qui font son succès ?

J’ai découvert l’aquarelle lors de mes cours aux Beaux-arts de Compiègne. Cet enseignement m’a appris combien cette technique d’apparence si légère et si libre est pleine de contraintes et de rigueur… 

Rester dans les limites du tracé initial, mais savoir s’en libérer pour éviter toute rigidité dans l’expression artistique. Garder l’équilibre entre les couleurs et les blancs. Et toujours garder à l’esprit l’importance du rendu des ombres qui, tout  en étant en opposition avec la lumière , lui donneront toute sa puissance…

Personnellement je continue de travailler à l’aquarelle de la même façon que le dessin, de façon spontanée, libre. Comme cela m’a été enseigné je n’utilise pas de produit de réserve pour les zones que je désire garder blanches ou sans couleurs. Je trouve que ce procédé dénature l’oeuvre, lui fait perdre toute âme.

L’aquarelle est une technique qui permet de travailler assez rapidement. J’affectionne le travail « mouillé sur mouillé » c’est à dire peindre sur un fond humidifié au préalable. La couleur fuse, il faut la maîtriser et l’obliger à suivre le chemin des  tracés esquissés sur le papier. C’est à la fois un défi et un jeu, tout ce que j’aime…

Je pense expérimenter l’aquarelle sur fond mouillé dans mon travail de transfert de couleurs. J’espère ainsi lui apporter plus de vie, plus de mouvement.

Retour aux galeries