Ma grand-mère et le dessin en 1920

 

  • Musique
  • Raisins
  • Rosace
  • Fleurs
  • Feuillage
  • Portrait de Stewart Rome
  • Portrait de Léon Mathot
  • Stewart Rome -  Photographie
  • Humour
  • Portrait d e jeune femme
  • Jeune femme au chapeau
  • Jeune fille
  • Danseuse
  • Léon Mathot - photographie

 

20161019_151518Je tenais à rendre hommage à ma grand-mère paternelle, Fernande Hourdeaux née Vander Meersche. Elle nous a quittés il y a bien longtemps mais le souvenir de sa douceur et de son extrême gentillesse est impérissable.

Mais ce que j’ai découvert récemment m’a révélé une autre femme, une artiste qui savait manier  crayons et  couleurs.

Dans sa jeunesse elle fut retoucheuse sur photographies à Paris. A ce titre elle a suivi des cours de dessin. Ses croquis et ses portraits m’ont été confiés et je voudrais aujourd’hui les partager avec ma famille et avec vous.

Ils sont nombreux, c’est pourquoi j’ai choisi de leur réserver une place dans mes Galeries.

En 1920 et 1921 elle a suivi des cours de dessin, dessine des esquisses qui semblent être destinées à  des carreaux de faïence, avant d’être formée à l’art du portrait, indispensable à son travail de retoucheuse photo. Entre autres portraits retrouvés figurent ceux des acteurs Stewart Rome et Léon Mathot dont j’ai retrouvé la photographie. Ma grand-mère a-t-elle été inspirée par ces deux photographies qu’elle aurait copiées, ou les a-t-elle elle-même retouchées, ses dessins seraient alors des études préparatoires……Ses dessins et surtout ses portraits de femmes ont le doux parfum des années 20, c’est merveilleux. Nous sommes transportés hors du temps, à une époque où la vie fastueuse que l’on en retient n’était malheureusement pas celle du plus grand nombre. Ma grand-mère, née en 1907 a  dû travailler dès ses 14 ans. Elle a malgré tout eu une chance relative puisqu’elle a trouvé ce travail de retoucheuse, qui heureusement pour elle, même s’il ne devait pas être  fort rémunérateur, à tout le moins devait être relativement peu pénible pour une jeune fille.

Je suis fière d’elle et de la grâce, de la douceur qu’elle est parvenue à insuffler à ses portraits de femmes. Peut-être m’a-t-elle transmis quelques gènes, dont je lui suis aujourd’hui dans ce cas reconnaissante !