L’art doit supprimer la violence

« L’art doit supprimer la violence, et seul il peut le faire. Sa mission est de faire régner le royaume de Dieu, c’est à dire l’amour ».

                                                                                                               Romain Rolland – Vie de Tolstoï

 

Pommes - Crayon noir sanguine et craie - 21 x 16

Pommes – Crayon noir sanguine et craie – 21 x 16

En ce 11 janvier 2015, journée de manifestations contre la barbarie, la chaleur humaine, la fraternité, l’amour et la liberté ont été les grandes valeurs défendues et honorées partout en France et dans le monde entier. Nos gouvernants nous ont donné l’image d’une grande frâtrie réunie dans un même deuil.

Parce que chacun sait que l’art est une liberté. L’artiste est un être qui s’exprime car ce besoin est irrépressible. Ce qu’il a au fond du cœur, il lui faut le partager. Partager la tristesse d’un texte peut-être, ou la joie d’avoir réalisé une oeuvre belle à ses yeux. Et ces sentiments, cette beauté prennent trop de place en lui, il lui est impérativement nécessaire de les communiquer pour s’alléger. L’échange tout comme la création lui est vital. Et encore bien plus pour un artiste engagé.

Aujourd’hui écrire m’est apparu indispensable pour évacuer toute cette horreur. Le 7 janvier j’ai eu envie de hurler, je me suis sentie si proche de ces artistes assassinés. Je ne les connaissais qu’au travers de quelques dessins dans la presse. Mais j’ai tout de suite ressenti la révolte en moi, ô combien on ne pouvait condamner quelqu’un pour un écrit, pour un dessin. Voltaire, dont le nom est depuis quelques jours sur beaucoup de lèvres, nous avait  pourtant transmis  l’importance de la liberté d’expression.  Nous l’avons sans doute pendant un temps négligé. Hier on condamnait les pamphlets, aujourd’hui des caricatures, demain ne risquerais-je pas d’être condamnée parce que j’aurai dessiné une pomme, et qu’une autorité aura décidé qu’il sera devenu sacrilège de copier la nature ?

Il est grand temps de revenir aux valeurs, à celles de la République et de la démocratie, à celle de la liberté et à celle des artistes. Et que l’on se  réfère à un dieu juste et bon ou pas -à chacun sa conscience-, il faut garder à l’esprit qu’une oeuvre d’art, qu’elle soit musique, livre ou dessin, existe pour être partagée, pour que des hommes et des femmes se retrouvent autour d’elle, et que cette communion génère autour de la beauté tout l’Amour possible en tant que valeur universelle.

L’art peut et doit supprimer la violence, faire reculer l’obscurantisme. La lumière ainsi libérée sera l’expression de l’Amour entre  les peuples, pour un avenir ou le Mal aura été vaincu.

Et je pourrai continuer à dessiner des pommes ! jesuischarlie68x68