Bonnard – création et humilité

Bonnard : « Il y a une condition préalable, celle de l’humilité. Il faut être patient, savoir attendre, l’émotion surgit à son moment…….Ce n’est pas une question d’application. Le choc est instantané, souvent imprévu. »          

                                                                                      Georges Roque – La stratégie Bonnard

Pierre Bonnard - La toilette

Pierre Bonnard   La toilette

Très souvent vient à l’artiste l’envie, le besoin même de dessiner, de jouer avec le trait et les couleurs. Mais l’inspiration n’est pas forcément au rendez-vous. La création n’est pas une question de décision, mais l’expression d’un sentiment, d’une sensibilité qui s’expriment à un moment donné dans une situation précise.

Il est inutile de vouloir réaliser une esquisse, un croquis, une peinture à la demande. Sauf à se contenter d’appliquer purement et simplement une technique. Car seul l’objet, le sujet « parle » à l’artiste alors « en sommeil ». Cet artiste est réveillé dès lors que le message transmis par le sujet est suffisamment fort, expressif et sensible. Alors l’activité créatrice peut commencer. Et l’oeuvre surgit, transposition d’un sentiment, d’un ressenti, voire l’aboutissement d’une démarche intellectuelle, qui en fait une réussite picturale.

J’en ai fait maintes fois l’expérience. Le portrait que j’ai fait de mon beau-père en est un bel exemple. J’étais simplement en train de prendre le soleil. La vision de cet homme assoupi sur la terrasse s’est muée en un besoin irrépressible de l’immortaliser sur le fond brun du bloc papier que j’avais emporté ce jour-là. Exécuté rapidement dans un élan créatif, ce dessin est à mes yeux un des meilleurs que j’ai pu réaliser.

Il en a été de même pour le portrait à l’aquarelle de Michel. Exécuté en un autre lieu et à un autre moment  mais dans les mêmes conditions de révélation, il est le reflet même du modèle. Que j’eusse décidé dans ces mêmes conditions de faire leur portrait , sans aucun doute le résultat n’eut pas été à la hauteur.

Il est inutile de vouloir créer à tout prix. Ce n’est pas seulement un problème de technique. Il faut de la patience, savoir attendre que l’émotion soit suscitée, que l’inspiration surgisse. Ce n’est pas parce que l’artiste ne parvient pas à créer qu’il doit  remettre son art en question. Il doit rester humble face à lui-même, ne pas imaginer qu’il pourra à chaque fois créer lorsque l’envie se fera sentir. Il doit se donner du temps, la maturité d’une oeuvre est en soi une gestation.

Je rencontre souvent cette incapacité momentanée à peindre. Heureusement j’ai su trouver dans l’écriture, dans ces réflexions sur l’art, une alternative créatrice. Il s’agit d’évoquer des écrits sur l’art, de commenter des sujets qui me tiennent particulièrement à cœur parce que vécus. La rédaction est aisée, la joie au rendez-vous. C’est du bonheur en attendant que resurgisse l’émotion créatrice.